Traitement de l'évolution

Traitement de l'évolution

Obtenez des informations sur les traitements actuels et sur la différence entre immunomodulateur et immunosuppresseur.

Le traitement de l’évolution de la maladie ou la thérapie à long terme est réalisé avec des médicaments qui ont une influence sur le système immunitaire et qui visent à réduire les poussées, à retarder l’évolution de la maladie et à atténuer les troubles qui en résultent.

Les médicaments de thérapies à long terme sont administrés sous forme de piqûres, comprimés, gélules ou perfusions.

Le traitement de l’évolution de la maladie est effectué à l’aide de médicaments immunomodulateurs ou immunosuppresseurs qui atténuent l’évolution de la maladie.

Les médicament immunomodulateurs modifient la réaction du système immunitaire tandis que les médicaments immunosuppresseurs inhibent ces fonctions.

Sur la base des connaissances recueillies durant les dernières décennies, les médicaments actuellement recommandés en Suisse ont été conçus pour être employés en cas de SEP (Interférons Beta, Acétate de glatiramère, Dimethylfumarat, Tériflunomide, Peginterféron beta-1a, Fingolimod, Alemtuzumab, Natalizumab et Mitoxantrone). Cependant, tous les détails du mode d’action des médicaments utilisés ne sont pas connus.

Traitement de la sclérose en plaques

Le traitement de la sclérose en plaques (SEP) vise à réduire les poussées et l’activité de la maladie ainsi qu’à ralentir l’évolution de la maladie et l’augmentation du degré de handicap. L’objectif du traitement de base, aussi appelé traitement de l’évolution, est de stopper autant que possible la progression de la SEP. Vous trouverez ici un aperçu des traitements utilisant des médicaments employés en Suisse pour influencer l’évolution de la maladie.

  • Acétate de glatiramère (Copaxone®, Glatiramyl®)

    L’acétate de glatiramère ressemble à un composant de la gaine isolante (=gaine de myéline) des fibres nerveuses et il bloque certains processus inflammatoires. Tout comme les interférons B, cette substance active appartient au groupe des immunomodulateurs.

    Les produits à base l’acétate de glatiramère autorisés en Suisse diffèrent dans la forme et le moment de leur application. Suivant le médicament, ils sont administrés une à plusieurs fois par semaine sous forme d’injection.

    Info-SEP «Copaxone®»

    Info-SEP «Glatiramyl®»

  • Alemtuzumab (Lemtrada®)

    Le traitement entraîne une diminution des cellules T et B circulant dans le sang, également responsables du processus inflammatoire néfaste de la SEP. Des études cliniques ont montré que l’utilisation de l’alemtuzumab pouvait réduire les poussées d’env. 50% (par rapport au Rebif®) et ralentir l’évolution de la maladie.

    Info-SEP «Lemtrada®»

  • Dimethylfumarat (Tecfidera®)

    Tecfidera® active dans les cellules de notre corps la partie du système immunitaire qui agit contre le stress oxydant (toxines cellulaires) et les inflammations. Le traitement permet de diminuer les réactions inflammatoires et stimule les défenses immunitaires naturelles du système nerveux central contre l’attaque de ces cellules, typiques de la SEP. Tecfidera® réduit les poussé d’environ 50% et est autorisée pour le traitement de l’évolution de la sclérose en plaques (SEP) évoluant par poussées (récurrente/ rémittente) chez l’adulte. Le traitement est administrée sous forme de gélules 2x/ jour. En lien avec la thérapie des contrôles régulières et standardisés sont à faire.

    Info-SEP «Tecfidera®»

  • Fingolimod (Gilenya®)

    Le fingolimod a pour effet une accumulation des globules blancs (lymphocytes) dans les ganglions lymphatiques et la réduction de leur nombre dans le sang.

    En conséquence, ces cellules ne peuvent plus parvenir dans le cerveau et y provoquer des inflam-mations. Le fingolimod réduit les poussées de près de 50% et est autorisé pour le traitement de la SEP évoluant par poussées (récurrente/rémittente). Il doit être pris une fois par jour sous la forme d’un comprimé. Des examens de contrôle réguliers et standardisés font partie du traitement afin d’éviter d’éventuels effets secondaires.

    Info-SEP «Gilenya®»

  • Interférons Beta (Avonex®, Betaferon®, Rebif®)

    Les interférons beta (IFN-ß) sont aussi fabriqués par notre corps. Ce sont des immunomodulateurs qui peuvent inhiber certains processus inflammatoires.

    Les produits à base d’interférons B autorisés en Suisse diffèrent dans la forme et le moment de leur application. Suivant le médicament, ils sont administrés une à plusieurs fois par semaine sous forme d’injection.

    Info-SEP «Avonex®» (Interféron Beta-1a)

    Info-SEP «Betaferon®» (Interferon Beta-1b)

    Info-SEP «Rebif®» (Interferon Beta-1a)

  • Mitoxantrone (Novantron®)

    La mitoxantrone est un agent chimiothérapeutique qui a déjà été employé contre diverses maladies cancéreuses malignes (entre autres la leucémie) avant d’avoir été testé avec succès contre les sclé-roses en plaques difficiles à traiter.

    La mitoxantrone ne peut être prescrite qu’en cas d’évolution grave. En raison de ses effets secon-daires sévères sur le cœur, elle ne peut être administrée qu’en tenant compte de la limitation de la dose totale sur la vie entière.

    Info-SEP «Traitement de la sclérose en plaques»

  • Natalizumab (Tysabri®)

    Le natalizumab empêche le passage des cellules immunitaires à travers la barrière hémato-encéphalique et le déclenchement des inflammations. En moyenne, ce traitement réduit de 2/3 la fréquence des poussées et ralentit la progression du handicap.

    Le natalizumab est indiqué lorsque le traitement aux interférons B n’est pas assez efficace. Il peut toutefois être aussi utilisé comme traitement de première ligne en cas de sclérose en plaques de forme récurrente/rémittente sévère.

    L’administration s’effectue sous contrôle médical tous les 28 jours par perfusion intraveineuse, au cours d’une séance de 2 heures. Des examens de contrôle réguliers et standardisés sont réalisés pendant le traitement.

    Info-SEP «Tysabri®»

  • Ocrelizumab (Ocrevus®)

    Chez l’adulte atteint d’une SEP récurrente/rémittente active ou d’une SEP primaire progressive. Cela a pour conséquence de réprimer l’activité de la maladie et de réduire l’évolution du handicap.

    Infections des voies respiratoires supérieures (ex.: bronchite) et du tube gastrointestinal. Réactions liées à la perfusion telles que démangeaisons, éruptions cutanées, fièvre, maux de tête, vertiges, nausées, baisse de tension et grande difficulté à respirer. Baisse du nombre de certaines cellules du système immunitaire et, par conséquent, de la défense immunitaire.

    Les perfusions d’Ocrevus® doivent être réalisées sous la surveillance étroite de professionnels expérimentés. Pour éviter les réactions indésirables, des médicaments complémentaires sont administrés au préalable. Il est recommandé de vérifier les anticorps contre le virus de l’hépatite B et les vaccins éventuels au moins six semaines avant le début du traitement.

    Info-SEP «Ocrevus®»

  • Peginterferon Beta-I a (Plegridy®)

    Plegridy®, avec le principe actif péginterféron, est utilisé pour le traitement de la SEP évoluant par poussées (récurrente/rémittente). Il est comparable à l’interféron bêta-1a, mais il se décompose plus lentement dans l’organisme. Plegridy® contribue à la réduction de poussées et influe favorablement sur l’évolution de la maladie.

    Info-SEP «Plegridy®»

  • Tériflunomide (Aubagio®)

    Le tériflunomide a un effet inhibiteur sur la prolifération de certaines cellules sanguines. Grâce à cette réduction, le nombre de cellules parvenant jusqu’au système nerveux central et les processus inflammatoires sont réduits. Le tériflunomide est autorisé pour la SEP évoluant par poussée (récur-rente/rémittente); il est pris quotidiennement sous forme de comprimés et réduit les poussées de près de 35%. Des examens de contrôle réguliers et standardisés font partie du traitement.

    Info-SEP «Aubagio®»


  • Traitement par cellules souches autologues

    Le traitement par cellules souches autologues (TCSHA) a été autorisé à l’Hôpital universitaire de Zurich dans le cadre d’une analyse de données et élargit ainsi la palette des traitements de la SEP. Ce traitement n’est utilisé que dans des cas précis en raison des risques qu’il représente. Ainsi, le système immunitaire réagissant de manière excessive est éliminé et les cellules souches hématopoïétiques autologues en produisent un nouveau. Le résultat attendu est que le système immunitaire ne produise ensuite plus de réaction auto-immune.

    Les critères de traitement:

    • SEP récurrente/rémittente très active; inefficacité d’au moins un des traitements autorisés présentant une grande efficacité
    • Moins de 50 ans
    • Preuves de l’activité de la maladie (poussées, augmentation du handicap, nouvelles lésions à l’IRM) au cours des 2 dernières années, tout particulièrement au cours de l’année précédente
    • Durée de la maladie de moins de 10 ans ou à peine plus
    • Aucune contre-indication médicale
    • Degré du handicap de 6,5 ou moins sur l’échelle EDSS. Si la nécessité de l’utilisation d’un fauteuil roulant s’est imposée depuis peu chez la personne atteinte de SEP, il y a possibilité de discuter du traitement
    • aHSCT peut également être considérée sous des formes progressives