Traitement de l'évolution

Traitement de l'évolution

Obtenez des informations sur les traitements actuels et sur la différence entre immunomodulateur et immunosuppresseur.

L’objectif du traitement de l’évolution, aussi appelé traitement de base, est de stopper autant que possible la progression de la sclérose en plaques (SEP). À ce jour, il n’existe aucun traitement permettant de guérir la SEP. On peut en revanche réduire les poussées, atténuer l’évolution et l’activité de la maladie et ralentir la progression du handicap. En Suisse, des traitements sont disponibles pour toutes les formes d’évolution de la SEP, mais la plupart ciblent la SEP récurrente-rémittente (= avec atténuation momentanée).

Les médicaments utilisés pour le traitement de l’évolution ont un impact sur le système immunitaire. Les médicaments dits «immunomodulateurs» modifient et adaptent le système immunitaire, tandis que les médicaments «immunosuppresseurs» en réduisent le fonctionnement.

Les dernières avancées de la recherche contre la SEP permettent d’améliorer et de diversifier les traitements de l’évolution homologués par l’autorité de contrôle et d’autorisation des produits thérapeutiques «Swissmedic». Toutefois, on ne connaît pas encore parfaitement le mode d’action des médicaments actuellement utilisés.

Traitement de la sclérose en plaques

Les traitements contre l’évolution de la maladie sont administrés sous forme d’injections, de comprimés, de gélules ou de perfusions. Vous trouverez ici un aperçu des médicaments autorisés en Suisse. Vous trouverez également une explication sur le traitement contre l’évolution chez les enfants et adolescents atteints de SEP, ainsi que des informations sur le traitement par cellules souches autologues, une forme de thérapie autorisée dans le cadre d’une étude.

  • Traitement par cellules souches autologues

    Le traitement par cellules souches autologues (TCSHA) a été autorisé à l’Hôpital universitaire de Zurich dans le cadre d’une analyse de données et élargit ainsi la palette des traitements de la SEP. Ce traitement n’est utilisé que dans des cas précis en raison des risques qu’il représente. Ainsi, le système immunitaire réagissant de manière excessive est éliminé et les cellules souches hématopoïétiques autologues en produisent un nouveau. Le résultat attendu est que le système immunitaire ne produise ensuite plus de réaction auto-immune.

    Les critères de traitement:

    • SEP récurrente/rémittente très active; inefficacité d’au moins un des traitements autorisés présentant une grande efficacité
    • Moins de 50 ans
    • Preuves de l’activité de la maladie (poussées, augmentation du handicap, nouvelles lésions à l’IRM) au cours des 2 dernières années, tout particulièrement au cours de l’année précédente
    • Durée de la maladie de moins de 10 ans ou à peine plus
    • Aucune contre-indication médicale
    • Degré du handicap de 6,5 ou moins sur l’échelle EDSS. Si la nécessité de l’utilisation d’un fauteuil roulant s’est imposée depuis peu chez la personne atteinte de SEP, il y a possibilité de discuter du traitement
    • Le TCSHA peut également être considéré pour des formes progressives
    ×