Vie professionnelle

Vie professionnelle

La SEP peut modifier la vie professionnelle et nécessiter un bilan de compétences. Contactez notre Infoline SEP pour trouver des services spécialisés.

Les personnes diagnostiquées de SEP se trouvent souvent dans la vie active ou en cours de formation. En l’absence de gêne physique ou psychologique, rien ne s’oppose à l’exercice de la profession ou à la poursuite de la formation.

En fonction de l’évolution de la maladie, des restrictions causées par celle-ci peuvent toutefois rendre nécessaire un bilan professionnel. Les questions suivantes seront alors au cœur de la réflexion:

  • Qui prend en charge la perte de salaire en cas de maladie?
  • Dois-je faire part du diagnostic SEP à mon employeur?
  • Comment gérer une réduction du taux d’activité ou un changement de poste?
  • Quelles sont les prestations de l’assurance-invalidité?
  • En tant qu’employeur, de quels aspects dois-je tenir compte si je veux embaucher une personne atteinte de SEP?
  • Je suis une personne au foyer. A quelles prestations d’assurance ai-je droit?

Il est utile de prendre contact avec un service spécialisé pour discuter de votre situation professionnelle. Notre équipe de l’infoline SEP se tient à votre disposition.

Vous trouverez ci-dessous toutes les informations répondant aux questions des personnes atteintes de SEP en lien avec le travail et le quotidien professionnel.

  • Faire part du diagnostic

    Après le diagnostic de SEP, beaucoup de questions se posent:

    • Dois-je en informer mon employeur et mon assurance?
    • Si oui, à quel moment?
    • Quelles informations dois-je communiquer?

    A en juger par l’expérience de nombreuses personnes atteintes de SEP, la sincérité est toujours payante sur le long terme. Faire preuve d’honnêteté inspire confiance. Vous montrez ainsi à votre employeur que vous évaluez votre capacité de travail de manière réaliste.

    Pendant le processus d’embauche

    Lors de l’entretien d’embauche, vous êtes tenu de répondre clairement aux questions concrètes sur votre état de santé. Vous n’êtes pas obligé d’informer l’employeur de maladies que vous avez eue et qui ne présentent pas de sérieux risques de rechute.

    Si vous êtes limité dans l’exécution de certaines tâches qui vous seront confiées à cause de la maladie, vous devriez en informer spontanément votre employeur.

    Pendant la durée du contrat de travail

    Lorsque la maladie affecte vos performances professionnelles, il est préférable d’en informer votre employeur. Si, par ailleurs, le travail est associé à un risque de sécurité, vous devez l’en informer spontanément. Dans les autres cas, la loi ne vous oblige pas à communiquer votre diagnostic à votre employeur. Considérez cependant s’il n’est pas plus judicieux, au nom de la confiance, de la collégialité et d’une meilleure répartition des tâches, de faire part de votre diagnostic. Dans ce cas, il est bon de réfléchir au moment approprié et aux personnes à qui vous souhaitez le dire.

    Informer les assurances

    Dans le cadre d’un contrat de travail existant, vous n’êtes pas tenu de communiquer le diagnostic aux assurances,

    à l’exception éventuellement des assurances-vie et des assurances privées d’indemnités journalières. Reportez-vous dans ce cas aux clauses du règlement d’assurance.

    Si vous démarrez un nouvel emploi, remplissez honnêtement les formulaires des assurances (assurance d’indemnités journalières en cas de maladie, caisse de pension). Sinon, certaines prestations pourraient ultérieurement être réduites ou refusées.

  • Réduction du temps de travail

    Afin de rester dans la vie active le plus longtemps possible, beaucoup de personnes atteintes de SEP décident un jour ou l’autre de réduire leur taux d’activité.

    Voici quelques conseils si vous y songez vous aussi:

    • Abordez toujours le sujet d’une réduction avec votre médecin avant d’en faire la demande.
    • Cherchez le dialogue avec votre supérieur à temps, afin de sonder les possibilités de réaménagement du temps de travail au sein de l’entreprise.
    • Soyez honnête avec vous-même quant à votre capacité de travail. Après avoir opté pour un taux d’activité réduit, vous devriez pouvoir maintenir le nouveau rythme de travail pendant un certain temps.
    • Une réduction du temps de travail ou un changement de fonction peuvent être les meilleures solutions pour les deux parties; néanmoins, franchir un tel pas nécessite un certain temps sur le plan émotionnel. Des entretiens spécialisés peuvent ici s’avérer utile.

    Chaque réduction du taux d’activité a des répercussions sur votre niveau de salaire et l’étendue des prestations des assurances sociales. Souvent les petites réductions de temps de travail se font à vos frais. Afin d’éviter tout effet négatif sur une future rente d’invalidité, nous vous conseillons de faire attester par écrit la réduction du taux d’activité par votre médecin et par votre employeur (modification du contrat avec mention du motif). Une réduction du taux d’activité peut avoir de lourdes conséquences. Nous vous recommandons donc de faire appel à un spécialiste.

    N’hésitez pas à contacter notre équipe de l’infoline SEP.

  • Changement d’emploi

    Que vous soyez malade ou en bonne santé, changer d’emploi comporte toujours une part de risque. Même si vous avez été diagnostiqué de SEP, un changement professionnel est en principe possible.

    Cependant, nous vous conseillons dans ce cas de répondre avec lucidité aux questions suivantes:

    • Pourquoi ai-je envie de changer d’emploi à ce moment précis (travail qui ne me plait plus, problèmes relationnels, surmenage, nouveaux défis)?
    • Un changement d’emploi ne serait-il pas aussi une bonne opportunité de réduire mon temps de travail?
    • Comment est-ce que je fais face au changement habituellement? Suscite-t-il un sentiment d’insécurité ou l’impression d’être dépassé?
    • Quand est-ce que j’envisage d’informer mon nouvel employeur de ma maladie?

    Tout changement d’emploi modifie votre situation d’assuré. La caisse de pension et l’assurance d’indemnités journalières en cas de maladie de votre nouvel employeur sont autorisées à vous poser des questions sur votre état de santé. Dans des cas donnés, vous êtes même contraint d’informer votre futur employeur du diagnostic.

    Ne démissionnez jamais avant d’avoir signé votre nouveau contrat de travail, à moins que vous ne souhaitiez faire une pause dans votre vie professionnelle.

    Un changement d’emploi a de vastes implications juridiques. Nous vous recommandons par conséquent de consulter un spécialiste. Notre équipe de l’infoline SEP se tient à votre disposition.

  • Insertion professionnelle par l’AI

    L’insertion professionnelle est la tâche principale de l’assurance-invalidité. Deux nouvelles mesures visant à apporter aux assurés et aux employeurs une aide professionnelle et financière ont été élaborées: la détection et l’intervention précoces. L’objectif est de maintenir à leur poste les employés malades ou en situation de handicap ou pour donner une chance aux personnes aptes au travail partiel d’être embauchées.

    Détection précoce

    S’il n’est pas sûr qu’une demande de prestations AI soit déjà indiquée, chaque assuré présentant une incapacité de travail pendant 30 jours au moins, peut se manifester à l’office AI avec le «Formulaire de communication pour adultes: détection précoce», pour une évaluation.

    Ce formulaire peut également être déposé par l’employeur, un parent, l’assurance d’indemnités journalières ou les organes de l’aide sociale.

    L’office AI évaluera la situation et soumettra des propositions.

    Intervention précoce et insertion

    Les mesures d’intervention précoce ne devraient pas dépasser les 6 mois. Pour les personnes atteintes de SEP entrent en considération:

    • L’aménagement du poste de travail, par exemple avec un moyen auxiliaire supplémentaire ou un ordinateur adapté
    • Les cours de formation, afin de pouvoir assumer une nouvelle tâche dans la même entreprise
    • Le service de placement, c’est-à-dire l’aide dans la recherche d’un poste adéquat, l’orientation professionnelle

    Ces mesures d’intervention précoce peuvent être complétées par les mesures d’insertion professionnelle existantes telles que:

    • L’allocation d’initiation au travail allouée à l’employeur pendant la période d’initiation ou de formation (max. 180 jours)
    • La reconversion dans une nouvelle activité ou profession (apprentissage, études, à plein temps ou à temps partiel)

    Les coûts supplémentaires dus au handicap pour une première formation entrent également dans le cadre des mesures d’ordre professionnel et peuvent être pris en charge par l’AI.

    Toutes les mesures d’insertion professionnelle précoce doivent être demandées par écrit à l’aide du formulaire «Demande de prestations AI pour adultes: réadaptation professionnelle/rente», à l’office AI du canton de domicile.

  • Case Management

    Le Case Management cherche des solutions individuelles adaptées à chaque situation, pour et avec les personnes atteintes de SEP. Il est mis en œuvre pour les personnes ayant des questions complexes, pour résoudre des problèmes permanents et dans des situations exigeant un très haut degré de coordination.

    En collaboration avec l’ensemble des participants, nous cherchons des solutions sur le lieu professionnel / pour que la personne puisse continuer à travailler de manière adaptée ou en réduisant le taux d’activité.

    Des Case Manager formés s’occupent des personnes atteintes de SEP, les accompagnent et les soutiennent. L’autonomie prolongée a un effet positif sur la qualité de vie, qui est à son tour bénéfique dans la vie privée et professionnelle.

    La Société SEP propose le Case Management aux détenteurs de droit d’assurances sociales et aux entreprises.

Nombreux sont les employeurs qui permettent à leurs collaborateurs atteints d’un handicap de poursuivre leur activité professionnelle. Afin de préserver à long terme une ambiance de travail satisfaisante pour toutes les parties, nous vous recommandons de tenir compte des aspects suivants:

  • Essayez de susciter un échange basé sur la confiance. Cela permettra à votre collaborateur, qui craint peut-être pour son emploi, de parler plus ouvertement de sa maladie.
  • Demandez à votre collaborateur quels symptômes affectent concrètement ses performances.
  • Donnez-lui l’occasion de vous dire quel soutien il attend de la part de ses collègues et de son employeur. Faites ensuite le point sur ce qui peut être mis en œuvre au sein de votre entreprise.
  • Nous vous conseillons d’être très clair sur les conditions auxquelles le contrat de travail peut être maintenu.
  • Convenez avec votre collaborateur de règles de communication. Faites-lui comprendre l’importance que vous attachez à être informé de toute dégradation de son état de santé.

En tant qu’employeur, vous n’êtes pas seul face aux problèmes d’un employé atteint de SEP et limité au niveau de sa capacité de travail.

Même si les personnes au foyer (hommes ou femmes) ne peuvent pas justifier d’une perte de revenus en cas de maladie chronique, elles ont la possibilité de faire valoir un droit à une rente de l’assurance-invalidité, la condition étant qu’elles soient effectivement limitées dans leurs tâches.

Droit à une rente AI

Contrairement aux personnes exerçant une activité professionnelle, l’AI ne peut pas s’appuyer sur une perte de salaire due au handicap dans le cas des personnes au foyer. C’est pourquoi un enquêteur de l’AI se rend toujours à domicile pour évaluer la situation sur place. Dans les faits, il détermine quelles sont les activités qui appartiennent au domaine des tâches ménagères et dans quelle mesure la personne est limitée dans l’accomplissement de ces travaux.

Il est important de répondre aussi précisément que possible (pas seulement par oui ou par non) aux questions de l’enquêteur de l’AI. En particulier pour des maladies telles que la SEP, dont l’évolution est variable, il est important de détailler les restrictions effectives et importantes dont l’AI doit tenir compte dans l’évaluation du degré d’invalidité.

Travail à temps partiel

Pour les personnes au foyer travaillant à temps partiel, la méthode dite mixte sera appliquée pour calculer le degré de l’AI: il sera déterminé à quel pourcentage les activités sont exercées, par exemple 60% d’activité professionnelle et 40% au foyer. Pour la part professionnelle, l’invalidité sera calculée en fonction du salaire et pour les tâches ménagères en fonction du taux d’activité.

Conseil

Il est recommandé de préparer cet entretien AI avec un spécialiste.

Informations complémentaires

Mémenti de l’AVS et de l’AI - Prestations de l’AI

Contactez-nous

Notre Infoline SEP se tient volontiers à votre disposition pour toutes questions concernant:

  • les rapports avec les personnes atteintes de SEP;
  • les assurances sociales, notamment l’assurance-invalidité;
  • l’aménagement du lieu de travail.

Documents utiles