Detail

Sprachnavigation

Mobile Navigation

Transplatation de cellules souches

Au cours des dernières années, plusieurs études ont démontréla très grande efficacité des TCSHa.

La transplatation des cellules souches autologue (TCSHa) dans le cadre de la SEP, fait l'objet de recherches depuis plus de 20 ans. Plus de 2000 personnes atteintes de SEP ont reçu une TCSHa et une série d’études démontre leur grande efficacité. Entre 70 et 90% des personnes atteintes de SEP traitées sont durablement et entièrement délivrées de la maladie.

Déroulement et mode d’action de la TCSHa

Tout d’abord, des spécialistes de l’hématologie libèrent des cellules souches sanguines de la moelle osseuse du patient et les congèlent. Ensuite, cinq médicaments sont administrés pour faire mourir les cellules immunitaires. Après cela, les patients reçoivent à nouveau leurs propres cellules souches sanguines préalablement prélevées. Dans les semaines qui suivent, elles développent d’abord un système hématopoïétique (globules rouges, plaquettes) puis toutes les cellules immunitaires. Dans cette phase, la protection contre les infections est très restreinte, c’est pourquoi il faut souvent prendre des antibiotiques pendant quelques semaines pour lutter contre les bactéries, les virus et les cham pignons. Contrairement aux traitements autorisés qui doivent être administrés durablement et qui agissent sur le système immunitaire, la TCSHa est un traitement qui se réalise une seule fois et qui a pour objectif de renouveler le système immunitaire.

A qui s’adresse la TCSHa?

En raison de ses risques, la TCSHa reste réservée aux personnes présentant une évolution grave. Les personnes atteintes de SEP doivent se trouver dans la phase récurrente-rémittente de la maladie, le diagnostic d’une forme de progression active/ agressive doit être fondé sur plusieurs critères, les personnes atteintes ne doivent généralement pas être âgées de plus de 45 ans et ne présenter qu’un degré modéré de handicap, c’est-à-dire un score EDSS inférieur à 4 ou max. 5. Comme plusieurs traitements très efficaces existent pour les personnes atteintes répondant aux critères mentionnés, l’indication demande des informations complètes, une évaluation minutieuse de l’utilité et des risques ainsi qu’une coopération étroite entre les spécialistes de l’hématologie et ceux de la SEP et le personnel soignant spécialisé. Risques et effets secondaires de la TCSHa Le risque le plus important est constitué par les infections. Celles-ci sont responsables de la mortalité associée à la transplantation qui est actuellement estimée à près de 1%. Cependant, chez les 230 personnes atteintes de SEP enregistrées ayant reçu une TCSHa depuis 2011 en Europe, aucun décès de ce genre n’est survenu. Les éventuels effets secondaires à long terme sont l’apparition d’un cancer (moins de 2%) et d’autres maladies auto-immunes, en particulier de la thyroïde (moins de 5%).

Pas encore autorisée en Suisse

Le traitement n’est pas remboursé par les caisses-maladie tant que les études en lien à la TCSHa ne se sont pas conclues avec succès. Une étude observationnelle doit avoir lieu à l’hôpital universitaire de Zurich en coopération avec d’autres centres suisses.

Texte: Prof. Dr Roland Martin, département de neuro-immunologie et de recherche pour la SEP, service de neurologie, hôpital universitaire de Zurich; PD Dr Urs Schanz, service d’hématologie à l’hôpital universitaire de Zurich
×