Detail

Entraînement sportif et SEP

Une récente étude, financée par la Société SEP, montre que faire du sport et bouger suffisamment ont des effets positifs sur l’état de santé des personnes atteintes de SEP. A cet égard, le  renforcement musculaire et l’endurance sont particulièrement efficaces.

Pratiquer un sport avec la sclérose en plaques? Il y a encore 10 ans, les médecins auraient clairement répondu «Non!» à cette question. Ils craignaient que la hausse de la température corporelle n’aggrave les symptômes. Pourtant aujourd’hui une activité physique accrue est recommandée. Ainsi, même en cas d’entraînement répété, les symptômes reculent et le corps peut ensuite se régénérer. En outre, l’effort physique fait apparaître dans les cellules musculaires des protéines qui luttent contre les inflammations.  A contrario, une période d’inactivité prolongée a des effets négatifs, et pas uniquement chez les personnes atteintes de sclérose en plaques. Dans le cas de la SEP, beaucoup de symptômes et pertes de fonctions ne s’expliquent pas exclusivement par le diagnostic, mais aussi par de longues phases d’inactivité physique qui nuisent encore plus à l’état de santé de la personne atteinte et augmentent le risque de maladies cardiovasculaires, de dépressions et de pertes de mémoire.

L’effet positif de l’activité physique scientifiquement prouvé

Mais que peut-on faire exactement? Dans la recherche sur la SEP, la réponse est claire: bouger, bouger, bouger. L’endurance et le renforcement musculaire sont les mieux étudiés et doivent idéalement être associés l’un à l’autre. Cette association est devenue l’une des principales composantes de la neuroréhabilitation des patients atteints de SEP. L’objectif majeur d’une réadaptation ambulatoire ou en milieu hospitalier est l’augmentation du niveau d’activité pour lutter contre les symptômes secondaires existants et rendre possible ou maintenir la participation à la vie quotidienne. 

Des participants aux études atteints de SEP récurrente/rémittente et de SEP à évolution secondaire

Les recommandations actuelles conseillent d’adapter l’entraînement physique aux limites individuelles des participants pour pouvoir varier l’intensité des exercices pendant les séances d’entraînement. L’entraînement ciblé des personnes atteintes de SEP peut alors produire des effets positifs sur le réseau nerveux dans les tissus cérébraux. Une récente étude, réalisée à la clinique Valens et financée par la Société SEP, a pu confirmer ces effets.  Les participants ont amélioré leur mémoire du langage, ont pu agir et décider de façon ciblée et accroître leur endurance et leur force. Les résultats montrent clairement que, même avec des séances intensives, un entraînement actif n’entraîne pas une aggravation de l’état de santé général.

Le sport comme composante majeure de la réadaptation

Par rapport au domicile, les salles de réadaptation constituent un environnement protégé avec une prise en charge et une surveillance coûteuses. D’où la question: que peut-on faire à la maison? Il faut aussi oser être moins prudent chez soi, moins se freiner et être physiquement plus actif. De manière générale, plus on est actif, mieux c’est. L’état physique, les capacités et le degré du handicap jouent un rôle important dans le choix d’une activité adaptée. Le type et l’étendue de l’activité sportive découlent des handicaps individuels.

Trouver un environnement adapté et rester prudent

Quiconque aime s’entraîner en groupe et bouger en musique sera entre de bonnes mains au sein d’un groupe, par exemple dans les Groupes régionaux spécialisés dans le sport de la Société SEP ou dans un club sportif. Au sein d’un tel groupe, toute une palette d’exercices permet de travailler de manière ciblée les muscles affaiblis. L’entraînement peut se faire au sol et dans l’eau et il doit associer étirements, renforcement musculaire, endurance et détente. Il est très efficace pour les personnes légèrement ou fortement atteintes de SEP. La détente après l’entraînement est tout aussi importante que l’effort: le corps doit se reposer, sous peine de voir fortement augmenter les inflammations. A cet égard, il convient de toujours trouver un bon équilibre entre mouvement et repos. Une certaine vigilance est extrêmement importante pour le repos du corps.

Rester actif grâce aux exercices de physiothérapie à la maison

En collaboration avec la Société SEP, le Groupe spécialisé Physiothérapie et sclérose en plaques (PSEP) a réalisé 15 vidéos de physiothérapie. Développés par des thérapeutes spécialisés, les exercices présentés sont simples à réaliser, peu importe le lieu où l’on se trouve, et peuvent être facilement intégrés au quotidien. Les acteurs sont tous atteints de SEP.

>> Des exercices de physiothérapie à la maison

Texte: Dr Jens Bansi, scientifique du sport au centre de réadaptation de Valens
×