Detail

Sprachnavigation

Mobile Navigation

Cannabidiol – les faits essentiels

En août 2016, l’Office fédéral de la santé publique a classé les sortes de cannabis à faible teneur en THC comme produits de remplacement du tabac et les a donc légalisés. Dès lors, il y a de plus en plus de magasins proposant légalement du cannabidiol (CBD) à la vente. Voici les données les plus importantes concernant le CBD et les produits cannabiques légaux.

Qu’est-ce que le cannabidiol (CBD)?

Les cannabinoïdes sont les principes actifs du cannabis. Actuellement, plus de 100 cannabinoïdes différents sont connus, le plus célèbre étant le THC. Il est enivrant et est à l’origine de nombreux effets médicinaux. Le cannabidiol, abrégé CBD, est un cannabinoïde qui ressemble au THC, mais qui n’engendre aucune ivresse.

Le CBD provoque t’il une ivresse?

Contrairement au THC, le CBD ne rend pas «high», car il n’engendre pas d’effet psychotrope sur le système nerveux central. Cela signifie que la perception et la capacité de réflexion ne sont pas affectées. Cependant, le CBD a un effet calmant et soulage notamment les inflammations, les douleurs et la spasticité.

Est-ce que le cannabidiol est légal?

Les produits contenant du cannabidiol sont légaux lorsque leur teneur en THC est inférieure à 1%. Ces derniers ne peuvent être vendus qu’aux personnes âgées de plus de 18 ans. Contrairement au THC, le CBD n’est pas considéré comme une substance psychotrope et n’est donc pas soumis à la loi sur les stupéfiants. Il n’existe toutefois que quatre CBD légaux en tant que succédanés du tabac, les autres produits étant vendus comme matières premières. La vente et la consommation de ces produits se situent dans une zone grise. Il n’est pas possible de connaître la teneur en THC d’un produit à base de chanvre simplement en le voyant. C’est pourquoi il doit être saisi par la police lors d’un contrôle afin d’être testé en laboratoire. Le CBD est ensuite restitué mais les tests durent un certain temps. Il est recommandé d’acheter le produit dans un récipient scellé par le fabricant et clairement étiqueté.

Est-ce que le CBD peut être utile en cas de sclérose en plaques?

Au niveau scientifique, l’effet médicinal du CBD n’a pas encore été démontré (contrairement à l’effet des produits cannabiques médicaux). Les personnes atteintes de SEP qui utilisent des produits cannabiques légaux font état d’un soulagement en ce qui concerne les douleurs et la spasticité. En vente libre, le CBD ne peut être proposé que comme produit de remplacement du tabac; le vendeur n’est pas autorisé à donner des renseignements sur les effets médicinaux. En règle générale, la consommation de produits à base de cannabis devrait toujours faire l’objet d’une discussion avec un neurologue.

Quels sont les inconvénients du CBD?

Le CBD est généralement fumé, car la combustion est un élément essentiel pour obtenir l’effet souhaité. C’est pourquoi il peut être nocif pour les voies respiratoires et les poumons et favoriser le développement d’un cancer. L’alternative consiste à inhaler le CBD au moyen d’un vaporisateur. Toutefois, seuls de rares vaporisateurs ont été autorisés jusqu’à présent en tant que dispositif médical. Il n’y a pas encore eu assez de recherches sur les effets secondaires et à long terme du CBD pour pouvoir fournir des informations claires à ce sujet.

Où puis-je obtenir du CBD?

Le CBD peut être acheté dans les magasins spécialisés qui se multiplient partout en Suisse ou dans des kiosques et des stations-service sélectionnés. La vente de CBD est également en pleine expansion dans les boutiques en ligne. Certaines d’entre elles proposent un service de coursier et livrent directement à domicile. 

Existe-t-il d’autres produits légaux à base de cannabis?

Dans certaines circonstances, des produits cannabiques particuliers sont déjà légaux. Il y a d’une part le CBD en vente libre et d’autre part, les médecins peuvent prescrire des produits médicaux tels que le Sativex®, l’huile de Sativa, le dronabinol ou des teintures de cannabis pour différents symptômes de la SEP. Toutefois, il reste encore des obstacles à surmonter: si l’on veut acquérir des préparations médicales à base de cannabis, il faut transmettre à l’OFSP une demande établie par le médecin traitant. Le Sativex®, un médicament prêt à l’emploi recommandé par Swissmedic pour le traitement de la spasticité due à la sclérose en plaques, constitue une exception et peut être prescrit par les médecins comme les médicaments conventionnels.

Quelle est la différence entre le CBD et les produits médicinaux à base de cannabis?

Le CBD a été classé par l’OFSP comme un produit de remplacement du tabac et il n’est donc pas destiné en premier lieu à un usage médical. Il est en vente libre, mais le propriétaire du magasin et le vendeur ne peuvent pas formuler de recommandations médicales. Les produits médicinaux à base de cannabis peuvent être obtenus sur ordonnance (il est parfois nécessaire de faire une demande auprès de l’OFSP) et ne peuvent être retirés qu’auprès de certaines pharmacies.

Est-ce que l’on peut conduire une voiture après avoir consommé des produits cannabiques?

La question de la capacité à conduire n’est pas résolue, que ce soit en cas d’automédication régulière avec du CBD ou en cas de traitement par des médicaments autorisés. Plus particulièrement, il n’est pas conseillé de prendre le volant au début d’un traitement à base de produits cannabiques médicaux. Si un test sanguin effectué à l’occasion d’un contrôle se révèle positif aux cannabinoïdes, cela peut entraîner des poursuites judiciaires. Il est possible d’y échapper si le traitement est placé sous la surveillance d’un médecin. En principe, on considère que les utilisateurs ont la capacité de conduire après une phase d’adaptation et l’ajustement de la posologie. Cependant, il faut toujours avoir sur soi la confirmation du médecin pour pouvoir la présenter lors d’un éventuel contrôle.

Est-ce que je peux emmener à l’étranger des produits à base de cannabis?

Si le traitement a été prescrit par un médecin, il ne faut pas arrêter de prendre les médicaments et il faut donc les emmener. Il suffit souvent d’avoir un justificatif rempli par un médecin et indiquant que l’on prend des préparations à des fins médicales. Il faut toutefois absolument tenir compte de la situation juridique à l’étranger car le transport de médicaments autorisés en Suisse (p. ex. Sativex®) est illégal dans certains pays (p. ex. en Asie du sud-est). Les consulats compétents fournissent des renseignements sur les conditions juridiques dans le pays correspondant.

×