Evolution

Evolution

Découvrez quelles sont les formes d’évolution de la SEP et quelles peuvent être leurs répercussions sur les personnes atteintes par la maladie.

L’évolution de la sclérose en plaques (SEP) est imprévisible et très variable. De même, cette évolution peut prendre une forme différente au fil des ans. Il est donc très difficile de faire un pronostic sur la gravité de l’évolution ou sur les troubles éventuels.

Si les symptômes disparaissent rapidement et complètement après une poussée ou qu’aucun handicap n’est apparu durant les 5 premières années, cela est considéré comme un signe plutôt favorable pour l’évolution future.

Qu’est-ce qu’une poussée?

Une poussée est un dysfonctionnement neurologique aigu qui provoque l’apparition de symptômes divers et qui est définie en tant que telle lorsque:

  • Les lésions caractéristiques causées par la SEP aux voies nerveuses se développent à nouveau.
  • Elles provoquent des symptômes et que cet état persiste pendant plus de 24 heures.
  • Un intervalle de temps de 30 jours s’est écoulé depuis la dernière poussée.

Une distinction est faite entre plusieurs formes d’évolution:

  • SEP évoluant par poussées - récurrente-rémittente (rémittente = avec atténuation momentanée)
  • SEP primaire progressive (qui progresse continuellement dès le départ)
  • SEP secondaire progressive (qui progresse à partir d’un moment ultérieur)

Alors que les inflammations dans le cerveau et la moelle épinière se produisent dans des phases aiguës dans le cas d’une évolution par poussées et que les symptômes disparaissent au moins partiellement après la diminution de l’inflammation, les symptômes se renforcent insidieusement dans le cas d’une évolution primaire progressive ou secondaire progressive.

  • SEP récurrente/rémittent

    La SEP commence par des poussées pour la grande majorité (près de 85%) des personnes atteintes.

    Souvent, les symptômes disparaissent après une poussée. Cependant, ils persistent parfois partiellement ou totalement.

    L’état de santé ne se dégrade pas entre les poussées. Pour près de la moitié des personnes atteintes présentant cette évolution, la SEP reste sous la forme récurrente/rémittente pendant toute leur vie. Une poussée peut se développer en l’espace de quelques heures ou de quelques jours pour des durées variables.

  • SEP primaire progressive

    Pour 10 à 15% des personnes atteintes, la SEP se caractérise dès le départ par une dégradation lente et chronique (continue). Entre-temps, la maladie peut marquer des paliers.

  • SEP secondaire progressive

    Cette forme d’évolution se développe à partir de la SEP récurrente/rémittente: les poussées deviennent moins fréquentes et sont remplacées par une progression continue des symptômes. Des phases où la maladie reste stable sont possibles.

    Cette transition entre la SEP récurrente/rémittente et la SEP secondaire progressive n’a pas seulement des conséquences sur la baisse de la qualité de vie mais aussi sur le choix des médicaments potentiels au stade actuel.

    La proportion de personnes atteintes par la SEP qui passent sous la forme secondaire progressive après 10 ans est d’environ de 40%. Tout porte à croire que cette proportion a tendance à diminuer grâce à un diagnostic précoce et à l’extension des possibilités de traitement.