Alimentation

Alimentation

Soyez prudents avec les régimes. Selon l’état actuel des connaissances, aucun régime n’empêche la progression de la SEP ou ne peut guérir la maladie.

Les recommandations alimentaires et les régimes à suivre pour les personnes atteintes de SEP sont nombreuses. Pourtant, jusqu’à présent, aucune preuve scientifique n’a pu démontrer une corrélation entre le mode alimentaire et un ralentissement de l’évolution de la SEP. Aussi, il est important de se méfier des régimes qui font miroiter une guérison et des compléments alimentaires qui engendrent des frais.

Une alimentation équilibrée favorise l’état de santé général. Pour les personnes atteintes de SEP, elle contribue au bien-être physique et permet de prévenir le développement de maladies secondaires. Ainsi, il est recommandé de consommer une nourriture variée avec beaucoup de légumes et de fruits et de diminuer l’apport de viande et de matière grasse.

Certains troubles qui accompagnent la maladie, comme l’embonpoint ainsi que les troubles vésicaux et intestinaux, peuvent être positivement influencés grâce à l’alimentation.

Avant de modifier vos habitudes alimentaires, voire d’essayer de renoncer à certains aliments, parlez-en avec votre médecin. Les femmes ont davantage besoin de fer au moment des menstruations. Ce genre d’aspect doit être pris en compte.

Nouvelles connaissances

La preuve est faite que, pour les maladies cardio-vasculaires et les maladies rhumatismales inflammatoires, la diététique peut prévenir ou atténuer les processus inflammatoires dans l’organisme. Là il s’agit d’un mode d’alimentation dans lequel les graisses jouent un rôle spécifique.

Les graisses particulièrement bonnes pour la santé sont celles présentant une proportion plus élevée d’acides gras insaturés Oméga 3 que d’acides gras insaturés Oméga 6.

  • Les acides gras Omega 3 (présents particulièrement dans les plantes et le poisson) agissent positivement sur le métabolisme des graisses et présentent des qualités anti-inflammatoires.
  • Les acides gras Omega 6 (proportionnellement élevés dans la viande, la charcuterie et les produits laitiers gras) ont des propriétés plutôt inflammatoires.

Conseils pratiques pour tous les jours

Il est important d’absorber la bonne quantité d’acides gras insaturés. Le corps a besoin à la fois d’oméga 3 et d’oméga 6. Pour suivre un régime alimentaire équilibré qui évite les lipides favorisant les inflammations, il suffit  de suivre quelques règles simples:

  • Consommer globalement une faible quantité de lipides (attention à la charcuterie)
  • Consommer de la viande seulement deux fois par semaine (par exemple des viandes maigres comme le veau, le bœuf ou l’agneau)
  • Consommer cinq portions de fruits ou légumes par jour (surtout des légumes verts à feuilles ou de la salade verte)
  • Consommer du poisson deux à trois fois par semaine
  • Envisager de remplacer la viande par du soja et du tofu
  • Envisager de consommer des légumes secs, tels que des lentilles et des pois chiches en accompagnement
  • Utiliser de «bonnes» huiles: huile d’olive, huile de colza, beurre à tartiner
  • Eviter les huiles suivantes: huile de tournesol, huile de germes de maïs, huile de carthame et huile de pépin de raisin, margarine produite à partir de ces huiles
  • Boire en quantités suffisantes (2 à 2,5 litres par jour)

De nombreux produits de boulangerie fabriqués industriellement (pâte, pains précuits, etc.) contiennent des graisses provenant de déchets d’abattage. Ces produits contiennent donc des graisses animales cachées qu’il faut éviter..