L'examen neuropsychologique

Sprachnavigation

Mobile Navigation

L'examen neuropsychologique

Les points suivants décrivent les différents domaines dans lesquels les enfants et les jeunes atteints de sclérose en plaques éprouvent des difficultés.

De nombreuses personnes atteintes de SEP ont des difficultés avec la vitesse de traitement, la mémoire à court terme et, en particulier, souffrent d'une fatigue intense. Les différents symptômes sont brièvement décrits ci-dessous.

Vitesse de traitement

Il s’agit de la vitesse à laquelle nous traitons et restituons les informations. Chez les personnes atteintes de SEP, cette fonction partielle faiblit de manière précoce en raison de l’activité inflammatoire survenant dans le cerveau. Ceci s’explique par le fait que le cerveau doit chercher et passer par d’«autres» voies pour remplacer celles qui sont enflammées. Il doit ainsi faire des «détours». La motricité fine ou le traitement complexe des informations nécessite ainsi plus de capacités et donc plus de temps.

Mémoire à court terme

La mémoire à court terme désigne une capacité relevant de l’ordre de la seconde, comme le fait de garder un numéro de téléphone en mémoire, le taper et l’oublier. C’est une fonction essentielle pour travailler de manière précise et efficace au quotidien. La mémoire peut-être très rapidement limitée par différents facteurs: parmi ceux-ci, l’on retrouve la fatigue, les effets secondaires des médicaments, les perturbations du sommeil ou le besoin de fournir un effort accru pour atteindre les mêmes performances.

Fatigue

D’un point de vue médical, ce terme désigne un épuisement accru ou une réduction de l’endurance que l’on retrouve souvent chez les enfants et les adolescents atteints de SEP. Celle-ci va avoir une influence directe sur les performances du quotidien et la qualité de vie. Pourquoi? Pour obtenir des performances équivalentes aux personnes du même âge, les enfants et les adolescents atteints de SEP doivent fournir nettement plus d’énergie. Ce qui signifie aussi qu’ils se fatiguent plus rapidement et que trouver le bon équilibre entre école et loisirs devient un véritable défi. Qui plus est, la fatigue ne peut pas être réduite grâce aux médicaments. Mais en pratiquant régulièrement un sport d’endurance, en adaptant son emploi du temps quotidien et en gérant ses pauses de manière adaptée, il est possible d’y remédier efficacement.

Texte: Barbara Kohler, M Sc, Inselspital, Hôpital Universitaire de Berne
×