Detail

Sprachnavigation

Mobile Navigation

Une personne différente, une personne meilleure?

Ces trois dernières années, j'ai appris une quantité incroyable de choses concernant ma manière de fonctionner, mon passé et ma SEP. C’est une source immense d'apprentissage.

À mon âge, plus de 50 ans, je suis heureux et reconnaissant d'avoir pu vivre ces expériences avec la SEP, elle m'a beaucoup pris, mais elle m'a aussi beaucoup apporté.

Je dois dire que la SEP a fait de moi une meilleure personne.

Je n'étais pas quelqu’un de mauvais, je n'ai rien fait de mal. Je pouvais regarder n'importe qui en face. Je n'ai trompé personne, je n'ai menti à personne, je n'ai rien pris à personne. Mais je ne voudrais pas redevenir celui que j'étais à 25 ou 35 ans.

J'avais aussi des traits de caractère qui, avec le recul, ne m’apportaient rien de bien. Ils n'ont certainement pas été bénéfiques pour ma vie de couple non plus, j'ai surement contribué aux échecs de mes relations amoureuses.

Si j'avais eu la richesse de l'expérience que j'ai aujourd'hui, à l'âge de 25 ans, beaucoup de choses auraient été différentes, tant sur le plan professionnel que privé... Mais ce n’était pas le cas.

C’est pourquoi je remercie la SEP pour ce «trésor de la vie», la somme d'expériences que je n'aurais certainement pas eues sans elle. Je ne serais pas au point où j'en suis aujourd'hui sans la maladie...  

De ce point de vue, la SEP a également eu beaucoup, beaucoup, beaucoup de bons côtés. Aussi mauvaise et destructrice que soit la sclérose en plaques sur le plan psychologique - elle peut même vous faire sombrer – elle peut aussi vous élever, vous faire évoluer de manière très positive.

Je profite mieux de la vie. Lorsque vous êtes atteint de SEP, vous atteignez un point, un objectif, que vous n'auriez pas atteint autrement. Je peux faire face à la sclérose en plaques, mais avec une tumeur au cerveau, je serais hors course. Avant-hier, une connaissance m'a appelé: accident vasculaire cérébral. Je n'échangerais pour rien au monde, je garde volontiers ma SEP.

Oliver R. Lattmann


Lattmann & Luana: Il était un battant autodidacte et dirigeait une flotte de jets privés en tant que responsable de l'aviation avant que la SEP ne le cloue au sol pour un temps. ELLE a battu Belinda Bencic sur le court de tennis quand elle était adolescente, maintenant elle lutte tous les jours contre une SEP qui tente de la mettre à genoux. Oliver R. Lattmann (55 ans) et Luana Montanaro (28 ans) racontent leur SEP sous des angles complètement différents. Leurs histoires nous parlent de la solidarité, de la compréhension et du soutien rencontrés, ou non, au cours de leur vie avec la SEP et quels obstacles et tabous accompagnent (encore) cette maladie incurable. Lattmann & Luana sont #enSEmblePlusforts et vous livrent leurs aventures pour la Journée Mondiale de la SEP 2021.

×