Detail

Plus de mal que de bien

Un jour, à Bâle, après mon rendez-vous habituel pour ma perfusion, il faisait un peu froid. Je me suis assis au soleil, dehors, mais il faisait encore frais. 

Et puis j’ai commencé à être frigorifié. N’arrivant pas à me réchauffer, je suis remonté dans la voiture, j'ai allumé le chauffage et le chauffage des sièges au niveau le plus élevé, pour que mes fesses brûlent, et j’ai roulé comme ça pendant une heure et demie pour retourner à Zurich.

Là, je me suis plongé dans un bain bouillant jusqu'à ce que je transpire, comme dans un sauna finlandais, ... mais mon corps a eu besoin de 6 à 8 heures pour réagir, pour réaliser: «Non, ce n'est pas froid, c'est chaud...».

J'avais froid et ça ne passait pas, c'est fou. Maintenant si on transpose ça au travail. À un faible niveau, ça donnerait ça: «Oliver, pourquoi n'irais-tu pas à la boulangerie, chercher des croissants...». Je sors, l’air est froid, je reviens au bout de 10 minutes et je dois admettre: «Je n'en peux plus... ».

Et quelqu'un devrait engager quelqu'un comme ça? Non. C'est pour ça qu'il faut le dire. Parce que si j'accepte un travail et que tout le monde est content et que deux semaines plus tard quelque chose se passe - et quelque chose finit toujours par arriver - alors plus personne n’est content. Je ne peux plus travailler, l’entreprise a refusé 30 personnes en bonne santé qu'elle aurait pu engager... et maintenant ils m’ont moi, une sorte de contrefaçon. Et c'est le marché du travail...

Oliver R. Lattman


Lattmann & Luana: Il était un battant autodidacte et dirigeait une flotte de jets privés en tant que responsable de l'aviation avant que la SEP ne le cloue au sol pour un temps. ELLE a battu Belinda Bencic sur le court de tennis quand elle était adolescente, maintenant elle lutte tous les jours contre une SEP qui tente de la mettre à genoux. Oliver R. Lattmann (55 ans) et Luana Montanaro (28 ans) racontent leur SEP sous des angles complètement différents. Leurs histoires nous parlent de la solidarité, de la compréhension et du soutien rencontrés, ou non, au cours de leur vie avec la SEP et quels obstacles et tabous accompagnent (encore) cette maladie incurable. Lattmann & Luana sont #enSEmblePlusforts et vous livrent leurs aventures pour la Journée Mondiale de la SEP 2021.

×