Detail

Sprachnavigation

Mobile Navigation

Les défis du traitement de la SEP

La SEP chez les enfants et la SEP chez les personnes âgées comptaient parmi les sujets abordés par les neurologues et les chercheurs lors du 21e Symposium State of the Art. Le Conseil scientifique de la Société SEP a également présenté ses  recommandations de traitement de la SEP aux experts réunis.

Le Symposium State of the Art du 26 janvier 2019 a réuni à Lucerne des médecins (indépendants ou en clinique), des chercheurs, des thérapeutes et des étudiants autour du thème de la sclérose en plaques. Les médecins de famille et les chercheurs interagissent rarement au quotidien; il est donc important pour les uns de se tenir au courant des dernières recherches et pour les autres de connaître les besoins des professionnels qui travaillent chaque jour avec des personnes atteintes de SEP.

Le défi des enfants et des personnes âgées

Le symposium s’est ouvert par une mise à jour des derniers résultats de la recherche: la première présentation a porté sur le rôle des facteurs génétiques, la suivante a mis en évidence l’influence de la flore intestinale sur les inflammations du système nerveux central. La Dre Melinda Magyari, de l’Hôpital impérial de Copenhague (Rigshospitalet), a ensuite abordé les défis de la SEP chez les personnes âgées. Celle-ci se caractérise par une augmentation des processus neurodégénératifs. Bien qu’il existe de nombreuses options thérapeutiques pour les personnes atteintes de SEP récurrente/rémittente, elles n’ont pas été élaborées pour les personnes âgées de plus de 55 ans. De plus, la majorité des personnes de plus de 65 ans sont atteintes d’une forme progressive de SEP et disposent de beaucoup moins d’options thérapeutiques.

Comme les essais cliniques visant à mettre au point des médicaments n’incluent pas les personnes âgées, on sait peu de choses sur l’innocuité et l’efficacité des médicaments dans ce groupe d’âge. Melinda Magyari réclame donc des études plus pratiques et une approche holistique qui vise également le soutien social, l’entraînement cognitif et l’amélioration de la qualité de vie.

La SEP touche également les enfants. Cette forme est rare et diffère à maints égards de la SEP des adultes. La Dre Sandra Bigi de l’Hôpital de l’Île de Berne a expliqué les difficultés spécifiques du traitement des enfants atteints de SEP. Comme pour les patients plus âgés, l’éventail des traitements disponibles pour les enfants est limité. Les défis cognitifs rencontrés dans l’environnement scolaire exigent également une attention suffisante.

Consensus pour le traitement de la SEP en Suisse

Il existe actuellement plus d’une douzaine de traitements immunosuppresseurs modificateurs de l’évolution de la maladie, en particulier pour le traitement par poussées chez les adultes. En ce qui concerne leur homologation, il existe cependant des différences entre les pays européens et la Suisse, qui ont incité la Société suisse SEP et son Conseil scientifique à rédiger un document de consensus pour orienter la pratique. Celui-ci a été présenté par le Prof. Andrew Chan, membre du comité.

Ancien membre du conseil scientifique travaillant aujourd’hui dans la région de la Ruhr, le Prof Michael Linnebank a abordé dans sa présentation les risques possibles à long terme des traitements de la SEP et la gestion des risques des traitements de la SEP. La discussion s’est ensuite poursuivie dans le cadre d’une table ronde animée consacrée aux défis à venir dans le traitement de la SEP. Dans l’après-midi, les participants ont eu l’occasion d’aborder des questions concrètes avec les experts du Conseil scientifique venus de tout le pays.

×