Detail

Le rôle de l’intestin et de l’alimentation dans l’apparition de la SEP

Quel rôle joue l’intestin dans l’apparition de la SEP? Dans cet article, le neurologue Aiden Haghikia décrit le rôle central que jouent les bactéries intestinales dans l’apparition des maladies auto-immunes et comment se déroulent actuellement les recherches sur l’importance de l’alimentation en cas de SEP. 

La sclérose en plaques (SEP) est tout d’abord une maladie auto-immune du système nerveux central. En d’autres termes, le système immunitaire, conçu pour lutter contre les infections, attaque certains composants de la gaine des nerfs, la myéline, mais aussi des cellules nerveuses et leur prolongement dans la moelle épinière et le cerveau. Ces attaques immunitaires mènent à des poussées qui gênent les patients et que les neurologues  peuvent examiner ou/et à des signes inflammatoires muets qui peuvent être détectés par une IRM et que l’on appelle lésions ou foyers. Ces dernières années, le développement extrêmement rapide des connaissances obtenues dans le cadre des études cliniques et fondamentales portant sur les inflammations auto-immunes de la SEP a conduit à un diagnostic plus rapide et à une meilleure réponse de la SEP aux traitements. Bien que certains produits thérapeutiques se soient révélés décevants et que d’autres aient eu de graves effets secondaires insoupçonnés, selon de nombreuses études récentes, ils ont toutefois tous fortement contribué à mieux comprendre la maladie et à concevoir de meilleurs traitements. Nous disposons ainsi aujourd’hui de douze préparations différentes correspondant à neuf catégories de substances pour traiter les patients atteints de SEP: cela représente un long chemin parcouru en 20 ans environ. Même si toutes les formes d’évolution ne peuvent pas encore être suffisamment prises en charge, notamment les évolutions progressives primaires chroniques et secondaires tardives, nous pouvons choisir, parmi cette grande variété de médicaments, un traitement susceptible d’être bien adapté aux besoins du patient.

A cet égard, nous sommes non seulement capables de mieux tenir compte de l’activité de la ma-ladie dans la décision thérapeutique , mais aussi de la tolérance et des conditions de vie du pa-tient, comme le désir d’avoir un enfant et la forme préférée d’administration du médicament. Contrairement aux processus immunologiques au cours de la maladie, notre compréhension des causes ou de l’étiologie de la SEP est encore très limitée. Malgré de nouvelles connaissances dans le domaine de la génétique et de l’épigénétique de la SEP, c’est en particulier le rôle des facteurs environnementaux comme élément déclencheur et leur influence sur l’évolution de la maladie qui sont en grande partie inconnus. Ceux-ci représentent les deux tiers du risque de SEP. Les connaissances disponibles à ce sujet, notamment les infections virales pendant l’enfance, les carences en vitamine D et la distance séparant le lieu de naissance de l’équateur, proviennent essentiellement des premières études épidémiologiques qui ont parfois plusieurs dizaines d’années. Certains de ces résultats n’ont pas pu être confirmés par des études plus modernes, d’autres sont actuellement encore en cours d’examen. La poursuite de l’étude du rôle des facteurs de risque environnementaux dans  l’apparition de la SEP est d’une grande importance car ces facteurs expliquent environ 60 à 70% de l’étiologie, alors que le calcul du risque génétique global revient à environ 30%. Par conséquent, leur influence est nettement plus grande. En outre, la connaissance de ces facteurs de risque issus de l’environnement permet d’influencer l’exposition au niveau de la prévention et de prendre, le cas échéant, des mesures thérapeutiques.

Ainsi, des études de cohortes internationales de grande envergure ont permis entre-temps d’identifier de «nouveaux» facteurs de risque, tels que l’influence de la fumée de cigarette, de l’obésité et d’une consommation excessive de sel comme facteurs d’activation lors de l’émergence et de la croissance de cellules inflammatoires auto-immunes dans le système immunitaire. Le rôle de l’intestin dans l’apparition de la SEP est un autre domaine qui se développe rapidement dans l’étude de l’étiologie de la SEP sous l’impulsion du professeur Wekerle et de ses collaborateurs du Max-Planck-Institut. L’intestin est un organe très important à plus d’un titre, aussi bien chez les personnes dont le système immunitaire est sain que chez celles atteintes de maladies auto-immunes comme la SEP: l’intestin présente la plus grande surface en contact avec le monde extérieur et possède donc un système immunitaire raffiné. C’est aussi l’endroit où se rencontrent les aliments, les bactéries et les produits du métabolisme.

L’intestin en tant que lieu éventuel de développement des maladies auto-immunes

Pendant des siècles, l’intestin humain a occupé un rôle central en médecine et aux yeux des pro-fessionnels de la santé. Toute personne par ailleurs en bonne santé qui a connu des épisodes de diarrhée ou une constipation chronique sait à quel point l’ensemble de son organisme est égale-ment touché. C’est pourquoi des traitements intestinaux tels que des lavements spéciaux et des cures de purification venant d’Extrême-Orient ou de peuples indigènes sont encore employés aujourd’hui. Cependant, à l’exception des maladies gastro-intestinales, l’intestin a de plus en plus sombré dans l’oubli au cours du siècle dernier au niveau de la médecine conventionnelle mo-derne. C’est notamment du fait des nouvelles méthodes de génie génétique que l’intestin, et en particulier son contenu, les bactéries intestinales, fait l’objet d’une attention accrue de la part de la médecine moderne et des sciences fondamentales. Alors que, pendant longtemps, relativement peu d’espèces de bactéries, essentiellement des bactéries pathogènes, avaient pu être identifiées par le biais de techniques de culture spéciales, l’analyse génétique nous permet aujourd’hui de détecter des milliers de bactéries différentes au moyen de leur empreinte génétique, qui constitue plus ou moins leur carte de visite.

  • Les bactéries intestinales et certains acides gras présents dans l’alimentation auraient-ils une influence sur la SEP?

Un exemple fondamental connu depuis bien longtemps montre que le destin de l’organisme hu-main dépend étroitement de sa colonisation bactérienne: les mitochondries, qui fournissent dans une certaine mesure de l’énergie à presque chaque cellule humaine, sont les restes d’organismes autonomes ressemblant à des bactéries qui ont fusionné avec les cellules humaines au cours de l’évolution. Une question se pose alors: quel est le rapport entre l’intestin et sa flore bactérienne et une maladie auto-immune qui frappe un tout autre organe tel que le système nerveux central? Il n’y a pas si longtemps, il a pu être démontré que la suppression des bactéries «naturelles» de l’intestin d’un modèle expérimental de la SEP pouvait juguler entièrement la maladie. Cela a donc permis de démontrer que les bactéries intestinales jouent non seulement un rôle central dans le bon fonctionnement du système immunitaire, mais aussi dans l’apparition d’une maladie auto-immune.

A présent, ce constat important ne peut pas être mis directement à profit à des fins thérapeu-tiques car un être humain ne pourrait survivre sans flore intestinale bactérienne. Des branches de la recherche de plus en plus variées se sont toutefois formées sur cette base. Elles cherchent actuellement à déterminer les bactéries correspondant à une flore «saine» et celles pouvant éventuellement être associées à des maladies telles que la SEP. C’est une discipline encore jeune qui a déjà à son actif des résultats initiaux sur les bactéries éventuellement liées à des maladies. Toutefois, nous sommes actuellement encore loin de comprendre les interactions complexes régnant au sein de l’ensemble des bactéries intestinales ou de ce que l’on appelle le microbiome intestinal. Compte tenu de l’estimation actuelle selon laquelle les bactéries seraient dix fois plus nombreuses que l’ensemble des cellules du corps humain, il est parfaitement compréhensible que de nombreuses questions concernant l’organisme sain ou l’organisme touché par une maladie auto-immune n’aient pas encore été résolues. Force est de constater que le régime alimentaire occidental largement répandu et composé essentiellement de glucides simples, de sucres et de graisses animales engendre une modification radicale du microbiome intestinal et en particulier une réduction de la diversité bactérienne.

Le rôle de l’alimentation dans le cas de la SEP

Les mécanismes permettant de comprendre le rôle d’un apport accru de sel dans l’apparition et la multiplication de foyers inflammatoires auto-immuns dans le contexte de la SEP ont récemment été identifiés. Parmi la multitude d’aliments absorbés, quels sont les autres éléments pouvant influencer positivement ou négativement la SEP? C’est une question que les patients SEP se posent souvent à eux-mêmes ainsi qu’à nous autres neurologues. Les premières études portant sur cette question remontent à l'après-guerre. L’observation selon laquelle il y avait moins de cas de SEP dans les régions côtières de Norvège qu’à l’intérieur du pays a donné naissance à une théorie postulant qu’une alimentation riche en graisse animale (intérieur du pays) pourrait favoriser l’apparition de la SEP, contrairement à une alimentation riche en poissons et en légumes. Par conséquent, le régime du Dr Swank, du nom de l’auteur de cette étude, consiste essentiellement à éviter les graisses animales. Ce régime connaît aujourd’hui un renouveau. A plusieurs reprises, d’autres études portant sur un éventuel effet positif des acides gras oméga 3 (des acides gras polyinsaturés à chaîne longue) n’ont pas pu démontrer d’effet thérapeutique dans le cas de la SEP. Dans le cadre d’un projet de recherche mené en collaboration avec des scientifiques de l’université d’Erlangen sans participation de l’industrie, nous avons étudié les propriétés des acides gras susceptibles d’avoir une influence sur le système immunitaire.

A cette fin, nous avons examiné l’effet direct d’acides gras de longueurs différentes (acides gras à chaîne courte, moyenne ou longue) sur les cellules immunitaires dans un milieu de culture ainsi que l’effet d’une prise orale, et donc du passage intestinal des acides gras, sur l’évolution de la maladie dans un modèle expérimental de la SEP appelé encéphalomyélite auto-immune expéri-mentale (EAE). Il est intéressant de noter qu’avec l’augmentation de leur longueur, notamment chez les acides laurique et palmitique de longueur moyenne et respectivement grande, les acides gras saturés conduisent à une génération et à une multiplication accrue de lymphocytes pro-inflammatoires dans la paroi intestinale et donc à une évolution plus aiguë de l’EAE. Au contraire, avec la réduction de la longueur de la chaîne, surtout démontrée dans le cas de l’acide propionique, les acides gras engendrent une augmentation des effectifs de lymphocytes régulateurs (la «police immunitaire») et entraînent une évolution plus bénigne de l’EAE en cas d’administration orale. Dans une étude de suivi menée à l’université de la Ruhr au sein de l’hôpital Saint-Joseph, nous examinons actuellement si ces résultats peuvent être confirmés sur l’homme avec l’utilisation d’un sel de l’acide propionique, le propionate de sodium, tout d’abord chez des sujets sains et ensuite chez des patients SEP.

En attendant, nous avons examiné plus de 80 patients atteints de SEP et nous publierons pro-chainement les résultats de l’étude. En tant qu’éléments essentiels de notre nourriture quoti-dienne, le sel et les acides gras peuvent avoir une influence considérable sur le système immuni-taire à travers l’intestin et éventuellement trouver une application adjuvante en combinaison avec des immunothérapies autorisées. Cette observation ne permet que de présumer des possibilités imprévues qui pourraient résulter d’un changement de régime alimentaire et de l’influence sur l’intestin. Elle justifie une fois pour toutes de poursuivre les recherches dans ce domaine dans le contexte de la SEP. Nous considérons qu’il est judicieux d’étudier des modulations et des compléments alimentaires particulièrement simples pour réguler «positivement» la flore intestinale en cas de SEP. Bien que des idées plus extrêmes (telles qu’un «transfert de selles de membres sains de la famille au patient atteint de SEP» et donc une modification du microbiome) soient envisageables en médecine moderne, elles ne devraient pas pour autant constituer notre objectif dans le cas des maladies auto-immunes. A notre avis, de telles méthodes simples peuvent être employées en synergie avec et en complément des immunothérapies bien établies et ne doivent en aucun cas les remplacer.

Auteur: Aiden Haghikia, Clinique neurologique de l’université de la Ruhr à Bochum
(Avec l’aimable autorisation de la section Rhénanie du Nord-Westphalie de la Société allemande de la sclérose en plaque DMSG)

Bibliographie
1. Haghikia A, Hohlfeld R, Gold R, Fugger L., Therapies for multiple sclerosis: translational achievements and outstanding needs. Trends Mol Med. Mai 2013; 19(5):309-319.
2. Hedstrom AK, Hillert J, Olsson T, Alfredsson L., Smoking and multiple sclerosis susceptibility. Eur J Epidemiol. Nov. 2013; 28(11):867-874.
3. Kleinewietfeld M, Manzel A, Titze J, et al., Sodium chloride drives autoimmune disease by the induction of pathogenic TH17 cells. Nature. 25 avr. 2013; 496(7446):518-522.
4. Berer K, Mues M, Koutrolos M, et al., Commensal microbiota and myelin autoantigen cooper-ate to trigger autoimmune demyelination. Nature. 24 nov. 2011; 479(7374):538-541.
5. Jangi S, Gandhi R, Cox LM, et al., Alterations of the human gut microbiome in multiple sclero-sis. Nat Commun.2016;7:12015.
6. Sonnenburg JL, Backhed F., Diet-microbiota interactions as moderators of human metabolism. Nature. Juil. 7 2016;535(7610):56-64.
7. Swank RL, Lerstad O, Strom A, Backer J., Multiple sclerosis in rural Norway: its geographic and occupational incidence in relation to nutrition. N Engl J Med. 8 mai 1952;246(19):722-728.
8. Torkildsen O, Wergeland S, Bakke S, et al., Omega-3 fatty acid treatment in multiple sclerosis (OFAMS Study): a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Arch Neurol. Août 2012; 69(8):1044-1051.
9. Haghikia A, Jorg S, Durscha A, et al., Dietary Fatty Acids Directly Impact Central Nervous Sys-tem Autoimmunity via the Small Intestine. Immunity. 19 avr. 2016; 44(4):951-953.


×