Detail

Le Conseil fédéral souhaite améliorer la situation des proches aidants

Le Conseil fédéral a transmis un message qui devrait améliorer la conciliation entre activité professionnelle et prise en charge des proches. La Société suisse SEP et Inclusion Handicap saluent ces améliorations, qui ne vont cependant pas assez loin.

La situation des personnes actives qui doivent s’occuper en parallèle d’un enfant, du partenaire ou d’un membre de la famille avec une infirmité est très pénible. Une personne devant brièvement s’absenter de son travail doit prendre une partie de ce temps sur ses congés ou s’attendre à une perte de salaire. Cette situation extrêmement insatisfaisante sera désormais légèrement améliorée.

Le Conseil fédéral propose entre autres les mesures d’amélioration suivantes:

  •  Aujourd’hui, les employeurs sont tenus d’accorder des congés payés aux employé(e)s qui doivent s’occuper de leur enfant malade (congé bref). Dorénavant, ils devront aussi les accorder si un autre membre de la famille ou le partenaire nécessite des soins. Cela à raison de trois jours par cas et au maximum dix jours par année pour l’employé(e) qui doit assurer les soins.
  • Actuellement, lorsqu’un enfant est gravement atteint dans sa santé en raison d’une maladie ou d’un accident, les parents actifs doivent prendre un congé non payé pour la durée des soins. Désormais, ils pourront bénéficier d'un congé de prise en charge de 14 semaines au plus sur une période de 18 mois.
  • L’allocation pour impotent et le supplément pour soins intenses de l’AI à un enfant continueront à être versés pendant un mois, même si l’enfant est hospitalisé. Actuellement, ces versements sont suspendus dès le premier jour d’hospitalisation.

Ces améliorations sont réjouissantes, mais restent insatisfaisantes pour les personnes concernées et ne les déchargent que de manière limitée. La Société SEP et Inclusion Handicap demandent à ce que le congé de prise en charge soit également offert aux personnes qui s’occupent par exemple de leur partenaire ou de leurs parents. Par ailleurs, les trois jours du congé bref ne sont pas suffisants en cas de maladie grave ou d'accident. Il faut bien plus de trois jours pour prendre des dispositions pour une prise en charge et des soins de longue durée.

Soutien aux proches

La Société SEP propose un interlocuteur de choix pour les proches – le «Soutien aux proches» vous donne des conseils dans les moments difficiles: 0844 674 636 (Du lundi au vendredi de 9h00 à 13h00).

×