Detail

Interview de Benoît Braescu – Directeur exécutif de l’OCL

Benoît Braescu est le directeur exécutif de l’Orchestre de Chambre de Lausanne. Il répond aux questions de Marianna Monti, Représentante régionale Suisse romande pour la Société SEP, dans le cadre du concert caritatif organisé par la Société SEP et l’OCL le 21 décembre prochain.

Pourquoi avoir accepté de vous engager dans cette belle aventure solidaire avec la Société SEP?
Comme vous le dites, c’est une belle aventure solidaire. Utiliser la musique, notre art, pour soutenir une cause comme celle-ci est important pour nous, et avec cette collaboration avec la Société SEP, nous nous en donnons les moyens. De plus, le timing était parfait, au moment où la Société SEP nous a contactés, nous nous demandions ce que nous pouvions faire pour toucher un public plus large et avoir un impact positif. 

Comment Joshua Weilerstein a-t-il accueilli ce projet?
Comme nous! La seule question qu’il a posée à ce moment là était: «Est-ce que je suis libre dans mes choix?» Joshua est très sensible aux sujets de société, c’est une personne qui considère l’autre comme une fin et non comme un moyen. Nous avons donc ceci en commun. En donnant un concert caritatif, nous rentrons dans une nouvelle dimension solidaire avec beaucoup d’enthousiasme.

Comment les œuvres que vous allez jouer le 21 décembre prochain ont été choisies ? Quel sentiment, quelles émotions peuvent-elles soulever?
La 4ème de Mendelssohn est à mon sens l’une des plus belles symphonies. Mendelssohn était vraiment un génie dès son plus jeune âge et ses œuvres plaisent toujours beaucoup. Malheureusement, il a été rayé des radars de programmation après la deuxième guerre mondiale. De plus, il est vrai que Joshua a une grande affinité avec ce compositeur.

La Fantaisie de Ralph Vaughan Williams est quant à elle un très bel hommage à Tallis. Il n’y pas forcément de lien entre les deux œuvres choisies pour la soirée et c’est aussi ça qui est beau: juste apprécier un moment de beauté pure pour ce qu’il est. Lorsque Joshua dirige, il y croit, il se met vraiment à nu. C’est un transmetteur d’émotions et je me réjouis de voir comment le public du 21 décembre va réagir.

Que diriez-vous à ceux qui hésitent à venir le 21 décembre prochain à la salle Métrople?
Nous allons partager un moment intense et unique avec le public. L’art est là pour les gens qui s’ouvrent à lui, et toute personne aimant la musique ou qui est sensible au sort des personnes atteintes de SEP ne devrait pas hésiter à venir. De plus l’OCL est un très bel orchestre, l’un des meilleurs d’Europe et j’avoue que j’aime bien le programme qui est proposé.

Avez-vous déjà été en lien avec une personne restreinte dans sa santé ou sa mobilité? Qu’est-ce que cette personne vous a enseigné?
Oui, dans le cadre professionnel j’ai par exemple rencontré un musicien qui est devenu sourd. Dans ce genre de situation, on regarde la personne avec ses qualités et pas le handicap, c’est pourquoi on a cherché une solution  et on a continué à travailler ensemble sous une autre forme. Cette expérience m’a donné une leçon d’humilité, cela m’a permis de remettre les choses à plat et de reconsidérer les priorités. L’important c’est de construire ensemble et de favoriser des relations humaines quelles que soient les difficultés.

Une soirée mémorable en faveur de la SEP

Concert caritatif avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne, le 21 décembre 2018, Salle Métropole, Lausanne

Achetez vos billets maintenant!
Les personnes en fauteuil roulant doivent s’adresser directement par téléphone au 021 614 80 80.

Interview croisée de Joshua Weilerstein, directeur artistique de l’OCL et Marianna Monti, responsable du Centre romand SEP