Detail

Sprachnavigation

Mobile Navigation

Être un père face à la SEP – être là, pour chaque étape!

Au printemps, un samedi matin à 9 heures, les valises sont faites, le fauteuil roulant est chargé, l'hôtel réservé et les billets achetés. Mais peu après le Brünigpass Luana me dit: «Papa, on peut s'arrêter à la prochaine station-service?». Et puis un peu plus tard: «Papa, c'est pas possible, on peut revenir en arrière?». Oui, bien sûr, pas de problème. La SEP s'est manifestée avec insistance, le week-end au Tessin est annulé.

Comme je suis désolé pour ma fille. Un nouveau coup dur: annuler encore une fois, revenir triste. Et je ne peux pas l’aider, je suis impuissant face à sa maladie.

Devenir père est facile, être père est difficile, mais nous avons essayé - et j'étais là!

À la fin de l'été, un dimanche après-midi à 14h30, à l'aéroport de Naples dans le sud de l'Italie, au terminal des arrivées, la voilà qui débarque, avec son chien Sky. Toute seule dans un fauteuil roulant et sans compagnon, pour des vacances de deux semaines dans son deuxième pays d'origine. Mon cœur bat la chamade.

Devenir père est facile, être père est magnifique - et j'étais là!

Le diagnostic de SEP, il y a 10 ans, a été un coup dur. Il ne s'agissait pas d'une blessure ou d'une maladie bénigne où un père peut être plus ou moins réconfortant, soutenir et tout ira bien.

Non, en tant que père, vous êtes complètement impuissant, triste et peu sûr de vous face à cette maladie. Vous devez apprendre à gérer la souffrance de votre propre fille, à supprimer vos propres angoisses, à trouver votre propre façon d'aider lorsque cela est nécessaire et souhaité.

C'est difficile - et pourtant je trouve la force d'être un père, d'être simplement un père, d'essayer encore et encore de faire et de vivre quelque chose avec ma fille.

Je suis un père - et je suis là!


Lattmann & Luana: Il était un battant autodidacte et dirigeait une flotte de jets privés en tant que responsable de l'aviation avant que la SEP ne le cloue au sol pour un temps. ELLE a battu Belinda Bencic sur le court de tennis quand elle était adolescente, maintenant elle lutte tous les jours contre une SEP qui tente de la mettre à genoux. Oliver R. Lattmann (55 ans) et Luana Montanaro (28 ans) racontent leur SEP sous des angles complètement différents. Leurs histoires nous parlent de la solidarité, de la compréhension et du soutien rencontrés, ou non, au cours de leur vie avec la SEP et quels obstacles et tabous accompagnent (encore) cette maladie incurable. Lattmann & Luana sont #enSEmblePlusforts et vous livrent leurs aventures pour la Journée Mondiale de la SEP 2021.

×