Detail

Sprachnavigation

Mobile Navigation

Covid-19 / vaccin: recommandations du Conseil médico-scientifique de la Société SEP

Quel est le risque d'infection pour les personnes atteintes de sclérose en plaques et que faut-il envisager dans cette situation, notamment en ce qui concerne l'utilisation de traitements immunomodulateurs?

Recommandations du Conseil médico-scientifique et de la Société suisse de neurologie

Ces recommandations sont basées sur l'avis d'experts et sur les données connues à ce jour. Elles sont mises à jour au fur et à mesure que les connaissances deviennent disponibles (voir également les recommandations internationales de la MSIF, en anglais. 

>> Veuillez prendre connaissance des mesures actuelles de l’OFSP


Option de traitement Covid-19

16.06.2021 - Il existe une possibilité de traitement hors autorisation de mise sur le marché (AMM), c'est-à-dire actuellement non approuvée, qui peut être proposée chez certaines personnes vulnérables en cas d'infection par le virus du Sars-CoV-2:

  • Groupe à haut risque tel que défini par le BAG, et
  • Résultat positif au test Sars-COV2, et
  • Symptômes depuis 5 jours ou moins

Ces personnes sont invitées à contacter rapidement leur centre de SEP.


Vaccination Covid-19

La vaccination est pratiquée dans tous les cantons. Les personnes vulnérables doivent être vaccinées en priorité. Vous pouvez vous renseigner auprès des autorités compétentes de votre canton, par exemple sur leur site Internet, pour savoir quand et où vous pourrez vous faire vacciner. La prise de position du Conseil médico-scientifique de la Société SEP est disponible en ligne.

>> Prise de position: Vaccin contre le Sars-CoV2 et sclérose en plaques
>> Coronavirus: vaccins - informations de l'OFSP

Pourquoi une visite chez le médecin ne devrait-elle pas être reportée?

Les visites chez le médecin doivent être effectuées conformément aux précautions recommandées par l'OFSP).

Les examens de contrôle devraient être maintenus, dans le respect des règles d’hygiène et de conduite actuelles. Selon l’évolution individuelle de la maladie et la situation thérapeutique correspondante, des examens de contrôles en urgences peuvent avoir lieu, sans consultation préalable. L'efficacité et la sécurité de la thérapie peuvent et doivent être vérifiés par le médecin traitant au moment prévu.

Certaines personnes atteintes de SEP font-elles partie des personnes à risque, nécessitant des mesures de protection spéciales, selon les critères de l’OFSP?

Lorsque vous souffrez de SEP, vous encourez le même risque d’être infecté que n’importe qui d’autre. Pour les personnes atteintes de SEP ne souffrant pas de handicap particulier, le risque est en principe peu élevé. La maladie n’affaiblit pas en soi leur système immunitaire. Pour certains groupes de personnes, la Covid-19 peut connaître une évolution plus grave.

- Personnes de 65 ans et plus
- les femmes enceintes
- Personnes préalablement atteintes des maladies suivantes:

  • Obésité (surpoids avec IMC de plus de 35kg/m²)
  • Hypertension
  • Maladies respiratoires chroniques (p. ex. asthme sévère, cancer des poumons)
  • Diabète (glycémie)
  • Maladies et traitements affaiblissant le système immunitaire
  • Remarque: toutes les immunothérapies spécifiques à la SEP ne sont pas à considérer de la même manière. Vous trouverez plus bas une liste détaillée de ces traitements
  • Maladies cardio-vasculaires
  • Cancer

>> Coronavirus: personnes vulnérables

Le risque pour les personnes atteintes de SEP de connaître une évolution plus grave de la maladie de Covid-19 en cas d’infection augmente aussi avec l’âge, en cas de SEP progressive et de handicap physique considéré comme élevé sur l’échelle EDSS (p. ex. lorsqu’une canne ou un autre support de marche est nécessaire pour parcourir 100 mètres). Ces groupes de personnes atteintes de SEP devraient s’en tenir aux mesures évoquées plus haut afin de prévenir toute infection et discuter de leur situation individuelle avec leur neurologue.

Les personnes atteintes de SEP devraient-elles poursuivre leur traitement?

Les immunothérapies doivent être poursuivies comme prévu dans la grande majorité des cas, en consultation avec les neurologues traitants. Il n'existe actuellement pas de données suffisantes sur l'efficacité de la vaccination en fonction des différentes immunothérapies. Par conséquent, il n'est actuellement pas nécessaire de passer d'une immunothérapie établie et efficace à une autre immunothérapie en raison de la vaccination, d'autant plus qu'un tel changement de thérapie peut également comporter des risques, par exemple augmenter l'activité de la maladie. En cas de doute concernant le traitement, il faut poser la question à son neurologue traitant. Comme toujours, chaque décision relative au traitement doit être prise d’un commun accord entre les personnes concernées et le neurologue traitant, étant donné que de nombreux aspects sont susceptibles d’influer sur les avantages et les risques attendus. Les médicaments qui soulagent les symptômes de la SEP tels que la spasticité ou les douleurs ne sont pas concernés par ceci.

  • Précisions sur les médicaments contre la SEP

    Les personnes atteintes de SEP ne suivant pas d’immunothérapie n’encourent aucun risque supplémentaire, tant qu’elles ne font pas partie des groupes vulnérables (voir plus haut).

    Les traitements par interféron bêta (Avonex®Rebif®Plegridy®Betaferon®Extavia®) ou par acétate de glatiramère (Copaxone®, Glatiramyl®) n’entraînent aucun risque supplémentaire (risque d’infection et/ou d’évolution grave).

    Quoique limitées, les données actuelles indiquent que le traitement à base de diméthylfumarate (Tecfidera®) et de tériflunomide (Aubagio®) n’accroît pas le risque d’évolution grave de la Covid-19, à condition que les différentes valeurs sanguines (notamment le taux de lymphocyte) ne soient pas réduites.
    Le traitement à base de fingolimod (Gilenya®, Fingolimod-Mepha®) ne semble pas non plus accroître le risque de voir l’infection évoluer de manière plus grave, bien qu’il s’agisse là aussi de résultats provisoires.

    Le traitement par Tysabri® ne semble pas entraîner un risque accru de voir l’infection évoluer de manière plus grave. Néanmoins, les données actuelles sur les traitements à base natalizumab (Tysabri®) ne sont pas suffisantes pour tirer une conclusion définitive par rapport à la pandémie de Covid-19.

    Les données disponibles à l’heure actuelle ne permettent pas encore de conclure que le traitement par alemtuzumab (Lemtrada®) et cladribine (Mavenclad®) s’accompagne d’un risque accru de connaître une évolution grave en cas d’infection par la Covid-19. Toutefois, les personnes atteintes de SEP qui suivent ces traitements devraient respecter les recommandations de sécurité évoquées ci-dessus afin d’éviter toute infection. Les traitements avec ces médicaments suivent de protocoles fixes. Toute modification de ces protocoles (p. ex. report de la perfusion) devrait faire l’objet d’une conversation avec le neurologue.

    D'après les données disponibles à ce jour, un risque accru d'une évolution sévère de Covid-19 semble être plus probable pour les patients ayant reçu un traitement utilisant des anticorps anti-CD20 (Ocrelizumab (Ocrevus®), Rituximab (Mabthera®)). Pour ces patients, les informations données ici sur les mesures de protection et la coordination de la suite du traitement avec le neurologue sont d'autant plus importantes. La présence de plusieurs facteurs de risque concomitants (âge, grossesse, maladie chronique, voir dessous) doit également être prise en compte.

Que faire si j’ai une poussée de SEP?

Un traitement contre les poussées à base de cortisone à haute dose est susceptible d’accroître temporairement le risque d’infection et/ou le risque que la maladie évolue de manière plus sévère. La nécessité d’un tel traitement doit donc être évaluée au cas par cas. En cas de symptômes nouveaux (ou de symptômes s’aggravant), contactez immédiatement votre médecin traitant. Dans la mesure du possible, il convient de consulter un médecin ayant une bonne expérience de la SEP pour que celui-ci évalue la poussée et décide de la suite du traitement.

Dans certaines situations particulières, il est possible, après une corticothérapie, de recourir à une forme de nettoyage sanguin (plasmaphérèse) dans le cadre du traitement des poussées. Ceci ne doit être réalisé qu’après consultation dans un centre SEP spécialisé.

Il convient de ne pas confondre la corticothérapie à haute dose utilisée dans le cadre d’un traitement des poussées avec des faibles doses de cortisone utilisé en cas d’infection à la maladie de Covid-19, qui, d’après les rapports actuels, pourrait avoir une influence sur l’évolution de l’infection.

Pendant un traitement de poussée, il convient également respecter à la lettre les règles d’hygiène et de distanciation sociale. La Société SEP propose une aide financière si vous avez besoin d’une assistance pour vos déplacements.

Quelles implications cela aurait-il sur ma santé si je contractais la Covid-19?

Pour la plupart des individus, cette maladie prend la forme d’une infection légère. Un certain nombre de personnes infectées connaissent toutefois une évolution plus grave. Le traitement vise avant tout à soulager les symptômes tandis que le corps lutte contre la maladie.

Selon la façon dont votre corps y réagit (p. ex. fièvre), l’infection peut entraîner une dégradation passagère des symptômes de la SEP, indépendante du virus. Dès que vous avez récupéré de l’infection, les symptômes de la SEP devraient revenir à la normalité. Il convient de consulter votre neurologue afin de savoir si vous devriez poursuivre votre traitement contre la SEP.

Dans le cas d’une maladie aiguë au Covid-19, une thérapie avec le cocktail d'anticorps REGN-COV2 peut être envisagée pour les patients de groupes à risque.

Suite à la décision de Swissmedic, le cocktail d'anticorps REGN-COV2, composé de casirivimab et d'imdevimab, peut être utilisé en Suisse depuis le mois d'avril, bien que l'approbation finale soit encore en attente. Ce traitement a réduit le risque de progression de la maladie dans les essais cliniques chez les patients atteints d’une maladie Covid-19 de sévérité modérée. En Suisse, l'utilisation de ce traitement est possible chez les patients présentant un risque accru pour une infection Covid-19 sévère selon l'OFSP, un test Covid-19 positif et une durée de la maladie de moins de 5 jours. La décision d'utiliser ce traitement est généralement prise sur une base interdisciplinaire avec les infectiologues et les neurologues traitants.

Remarque

Adressez-vous toujours à votre neurologue traitant pour toute question médicale. Il discutera avec vous de la démarche à suivre.

Sur le site de l’Office fédéral de la santé publique, vous trouverez des informations régulièrement mises à jour ainsi que des réponses aux questions les plus fréquemment posées par rapport au coronavirus: www.ofsp-coronavirus.ch.

Les recommandations ci-dessus sont régulièrement contrôlées et mises à jour en fonction des dernières connaissances.


Infoline SEP

L'Infoline SEP vous conseille au 0844 737 463 (du lundi au vendredi de 9h00 à 13h00). 

×